#480 Nuisance sonore - Le 27/12/2010 à 15:18:13, Iphis

En résidence étudiante, je me suis retrouvée pendant un mois avec un voisin particulièrement gratiné.
Le garçon recevait en permanence des amis (genre armoire à glace, à côté de qui on baisse les yeux et on passe son chemin)
Musique ou TV à fond tous les soirs jusqu'à 2-3h du matin, cris d'animaux, meubles qu'on déplace sans cesse... Même avec des boules Quiès j'entendais encore.
Avec ses amis il fumait régulièrement à la fenêtre du couloir (donc devant sa porte et... devant la mienne !), et ce n'était pas du tabac qu'il fumait.
C'est joyeux de ne pas oser sortir de chez soi pour aller aux toilettes (sur le palier) !
Une fois il y avait le contenu d'une bouteille de bière répandu sur le sol du couloir.
Sans oublier les dégradations diverses et variées : le téléphone du couloir arraché, les toilettes communes bouchées (avec du papier toilette, des pots de yaourts, etc...), les douches communes qu'il laissait couler, ce qui finissait par inonder les chambres voisines...
Pour se venger de ceux qui se sont plains il a coupé l'électricité dans tout le couloir (les disjoncteurs étant à l'extérieur des chambres). Sympa de revenir de week-end avec le contenu du frigo à jeter !
Le pire ? Sa mère habitait à 20 minutes de là mais refusait de le reprendre chez elle...
Il était régulièrement convoqué, en vain, par le gérant de la résidence. Nous avons été plusieurs à porter plainte à la gendarmerie, en vain aussi, à Paris les flics ont autre chose à faire, et puis de toute manière c'est toujours le bazar dans les résidences étudiantes...
Impossible de l'expulser à cause de la trêve hivernale.
La seule solution trouvée par la direction de la résidence était de le forcer à changer de chambre régulièrement, histoire de lui casser les pieds et pour que ça ne soit pas toujours les mêmes qui trinquent !
J'ai été soulagée quand on m'a annoncé qu'il allait changer d'étage, tout en plaignant ceux qui allaient devoir le supporter !

Faites le premier commentaire !

Fil des commentaires de cette anecdote

Nouvelle réaction